Atlas dynamique des Odonates de France

Aeshna juncea (Linnaeus, 1758)

Rédacteur :
Marie LAMOUILLE-HéBERT pour le groupe Opie-Odonates


Dernière mise à jour le 21-10-2022 à 18h12
Fiche espèce Les Aeshnidae
Aeshna juncea (Linnaeus, 1758)
l’Aeschne des joncs

Ordre Anisoptères
Famille Aeshnidae
Genre Aeshna
Espèce Aeshna juncea
Espèce établie en France

Référence à citer :
Lamouille-Hébert, M. (21 octobre 2022). Aeshna juncea (Linnaeus, 1758), Atlas dynamique des Odonates de france, Office pour les insectes et leur environnement, https://atlas-odonates.insectes.org/odonates-de-france/aeshna-juncea
Statuts Source : Taxref 16.0 (06/12/2022)
Liste rouge mondiale LC : Préoccupation mineure 2022
Liste rouge européenne LC : Préoccupation mineure 2022
Liste rouge nationale NT : Quasi menacée 2016
Plan National d'Actions en cours OUI 2020 Voir sur le site du PNA
Listes rouges régionales Selon régions
Alsace 2014 En danger (EN)
Aquitaine 2016 Vulnérable (VU)
Auvergne 2017 Quasi menacée (NT)
Bourgogne 2015 Non évaluée (NE)
Franche-Comté 2013 Quasi menacée (NT)
Limousin 2018 En danger (EN)
Occitanie 2018 Quasi menacée (NT)
Provence-Alpes-Côte-d'Azur 2017 Préoccupation mineure (LC)
Rhône-Alpes 2014 Préoccupation mineure (LC)
Déterminante ZNIEFF Selon région
Auvergne-Rhône-Alpes Toute la région
Bourgogne-Franche-Comté Toute la région
Occitanie Toute la région
Laurent Rouschmeyer
Laurent Rouschmeyer
S. Wroza

Densité des observations

Animer les données
Faible densité Densité moyenne Forte densité

Aeshna juncea est présente dans tous les massifs montagneux français (les Vosges, le Jura, les Alpes, le Massif central et les Pyrénées).

Aeshna juncea

l’ Aeschne des joncs

Aeshna juncea est parmi les Aeschnes, l'espèce à plus large aire de distribution dans le monde. Elle occupe le nord de l'hémisphère nord. En Europe, elle est commune dans le nord. Elle se raréfie en descendant dans le sud où elle est confinée en altitude (Alpes et Pyrénées) (Boudot & Kalkman, 2015).

En France, elle se situe entre 250 et 2500m (Grand & Boudot, 2006), principalement dans les Vosges, le Jura, les Alpes, le Massif central et les Pyrénées. Les larves sont dans des tourbières et marais, sur les rivages des lacs et étangs, dans des fossés, drains, mares, flaques, prés marécageux, sur les affluents et exutoire des lacs sur lesquels on peut trouver des hélophytes comme des laiches, joncs, roseaux, massettes (Heidemann & Seidenbush, 2011). Lors de la ponte les femelles insèrent leurs œufs dans la tourbe ou la végétation. La plupart des œufs subissent une diapause hivernale, mais jusqu'à 10% des œufs éclosent directement. Après 16 à 17 stades, les imagos émergent 2 à 4 ans après la ponte, ou même plus dans les habitats les plus élevés ou les plus septentrionaux (Grand & Boudot, 2006).  Aeshna juncea fait partie des espèces spécialistes des hivers longs et froids et des périodes déneigées courtes l'été. C'est l'espèce la plus fréquemment rencontrée en haute altitude, parfois la seule.

L'espèce est bien présente dans les milieux aquatiques stagnants en montagne mais du fait de sa localisation, elle est plus soumise au changement climatique et menacée par des activités anthropiques développées en montagne (loisirs, tourisme, pastoralisme intensif).  

Répartition de Aeshna juncea (Linnaeus, 1758)

Données d'autochtonie

La recherche des exuvies de cette espèce est indispensable pour améliorer la connaissance sur la distribution de ses sites de reproduction.

Répartition de Aeshna juncea (Linnaeus, 1758)

Données temporelles

Son aire de distribution semble assez stable. Néanmoins, des prospections seront nécessaires sur les sites sur lesquels des données anciennes existent à basse altitude, mais aussi à haute altitude, pour évaluer l'évolution de son aire de distribution et en particulier pour pouvoir estimer si l'espèce connait une montée en altitude en lien avec le changement climatique et les pressions anthropiques.

Observations de l'espèce

Une session d'observation = 1 observateur + 1 lieu + 1 date

Les prospections en montagne sont moins nombreuses que celles effectuées en plaine. En montagne, la période de prospection sans neige est courte et les accès et les conditions climatiques sont plus difficiles qu'en plaine. Bien que peu de prospections aient lieu, la connaissance de la distribution de cette espèce s'affine avec le temps.

Nombre de mailles où l'espèce est observée

Responsabilité régionale pour la conservation de l'espèce
<5% Très diluée <10% Diluée <20% Moyenne <35% Forte <100% Capitale

Ex : 40% signifie que 40% des mailles d'observation de l'espèce se situe dans la région considérée.

La responsabilité pour la conservation de cette espèce est située dans les régions montagneuses. En AURA, Occitanie et PACA un travail est en cours pour mieux comprendre l'évolution de la limite haute d'altitude de la distribution de cette espèce quasi-menacée.

Période de vol des adultes
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D

L'émergence commence - selon l'altitude et la latitude - au début de juin ou de juillet. La plus grande partie des émergences s'effectue en 4 semaines. Mais il y a des individus retardataires qui émergent longtemps après (Heidemann & Seidenbush, 2011).

Altitudes min/max d'observation
Altitude min. 49m
Altitude max. 3137m
80% des observations sont entre
819m et 2198m

Les Odonates Bibliographie