Atlas dynamique des Odonates de France

Paragomphus genei (Selys, 1841)

Rédacteur :
Cyril BERQUIER pour le groupe Opie-Odonates


Dernière mise à jour le 06-01-2023 à 09h53
Fiche espèce Les Gomphidae
Paragomphus genei (Selys, 1841)
le Gomphe de Gené

Ordre Anisoptères
Famille Gomphidae
Genre Paragomphus
Espèce Paragomphus genei
Espèce établie en France

Référence à citer :
Berquier, C. (15 novembre 2022). Paragomphus genei (Selys, 1841), Atlas dynamique des Odonates de france, Office pour les insectes et leur environnement, https://atlas-odonates.insectes.org/odonates-de-france/paragomphus-genei
Statuts Source : Taxref 16.0 (06/12/2022)
Liste rouge mondiale LC : Préoccupation mineure 2022
Liste rouge européenne LC : Préoccupation mineure 2022
Plan National d'Actions en cours OUI 2020 Voir sur le site du PNA
Listes rouges régionales Selon régions
Corse 2017 Données insuffisantes (DD)
Déterminante ZNIEFF Selon région
Corse Toute la région
J. Ichter

Densité des observations

Animer les données
Faible densité Densité moyenne Forte densité

La Corse est actuellement la seule région française où cette espèce est représentée.

Paragomphus genei

le Gomphe de Gené

Paragomphus genei est une espèce d’origine afrotropicale aujourd’hui répandue en Afrique, au Moyen-Orient et au sud de l'Europe (Boudot & Kalkman, 2015). Le développement stationnel de Paragomphus genei peut être favorisée par certaines activités humaines telles que la création de retenues d’eau artificielles. Cependant, cette espèce est aujourd’hui connue en Corse de quelques zones humides naturelles caractérisées par des eaux faiblement courantes à stagnantes et généralement assez chaudes, au moins à l’approche de la période estivale. Ces dernières présentent toujours sur l’île d'importantes zones d'accumulation de sédiments sableux (bancs et petites plages de sable…) dans lesquelles se réfugient les larves et qui sont bordées par une végétation ripicole généralement assez développée. Les rivières à régime fluvial, de basse altitude, avec d’importants bancs de sable sont notamment particulièrement favorables à cette espèce. Selon les critères définis par l’UICN pour la définition des Listes rouges, Paragomphus genei peut aujourd’hui être considéré comme menacé de disparition en Corse compte tenu de sa rareté. Les tendances populationnelles de cette espèce sont cependant encore difficiles à évaluer compte tenu du manque de données disponibles sur ce taxon. Les atteintes à ses habitats favorables (ex : aménagement des cours d'eau et de leurs berges, dépôts et prélèvements de matériaux dans les cours d’eau, destruction de milieux ripicoles…) et les nouvelles introductions d’Espèces Exotiques Envahissantes (notamment piscicoles) représentent les principales menaces qui peuvent aujourd’hui être identifiées concernant Paragomphus genei en Corse. Les changements climatiques actuels devraient cependant pouvoir bénéficier à cette libellule au cours des prochaines décennies.

Répartition de Paragomphus genei (Selys, 1841)

Données d'autochtonie

Les imagos de Paragomphus genei sont très territoriaux mais peuvent aussi parfois s’éloigner fortement des sites d’émergence ou favorables à la reproduction. Les individus immatures ont notamment plus fréquemment tendance à adopter des comportements erratiques et de dispersion. Les larves et surtout les exuvies de cette espèce sont cependant assez faciles à détecter au niveau des zones d'émergence (bancs de sable, bois morts...) et très aisément identifiables. Il semble donc important de privilégier les relevés de présence d’exuvies ou de larves afin de pouvoir attester du statut d’autochtonie de l’espèce sur un site d’observation. Concernant les imagos, le relevé des comportements d'accouplement et de ponte peut également être recommandé.

Répartition de Paragomphus genei (Selys, 1841)

Données temporelles

La reproduction de Paragomphus genei n’a pu être attestée en Corse que récemment, en 2019, bien que des observations d’individus y soient ponctuellement signalées depuis les années 1970. Suite à la confirmation de l’autochtonie de cette espèce sur l’île, le nombre de données relatives à Paragomphus genei s’est multiplié au cours des toutes dernières années, en lien notamment avec une augmentation significative de la pression de recherche et de suivi ainsi que la progression des connaissances sur l’écologie de ce taxon.

Observations de l'espèce

Une session d'observation = 1 observateur + 1 lieu + 1 date

Les observations de Paragomphus genei ont fortement progressé au cours des toutes dernières années, en lien avec une augmentation significative de la pression de recherche et de suivi ainsi que la progression des connaissances sur l’écologie de cette espèce en Corse.

Nombre de mailles où l'espèce est observée

Le nombre de mailles dans lesquelles Paragomphus genei a été observé s'est fortement accru au cours des dernières années, en lien avec une augmentation significative de la pression de recherche et de suivi ainsi que la progression des connaissances sur l’écologie de cette espèce en Corse.

Responsabilité régionale pour la conservation de l'espèce
<5% Très diluée <10% Diluée <20% Moyenne <35% Forte <100% Capitale

Ex : 40% signifie que 40% des mailles d'observation de l'espèce se situe dans la région considérée.

La Corse est la seule région de France où Paragomphus genei est représenté. Elle présente donc une responsabilité régionale capitale dans le cadre de la conservation nationale de ce taxon.

Période de vol des adultes
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D

Les suivis menés par l’Office de l’Environnement de la Corse sur la plus importante station de reproduction connue de l’espèce en Corse montrent que Paragomphus genei vole entre mi-juin et août avec un pic se situant généralement vers la fin juillet.

Altitudes min/max d'observation
Altitude min. 159m
Altitude max. 246m
80% des observations sont entre
159m et 246m

Les Odonates Bibliographie