Atlas dynamique des Odonates de France
SITE EN COURS DE CONSTRUCTION

Leucorrhinia caudalis (Charpentier, 1840)

Rédacteur :
Alexandre RUFFONI pour le groupe Opie-Odonates

Dernière mise à jour le 10-08-2022 à 16h12
Statuts Source : Taxref 15.0 (16/12/2021)
Liste rouge mondiale LC : Préoccupation mineure 2021
Liste rouge européenne LC : Préoccupation mineure 2021
Convention de Berne IBE2 : Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de Berne) : Annexe II 1979
Directive Habitat CDH4 : Directive 92/43/CEE (Directive européenne dite Directive Habitats-Faune-Flore) : Annexe IV 1992
Liste rouge nationale LC : Préoccupation mineure 2016
Protection nationale NI2 : Liste des insectes protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection : Article 2 2007
Plan National d'Actions en cours OUI 2020 Voir sur le site du PNA
Listes rouges régionales Selon régions
Alsace 2014 Vulnérable (VU)
Aquitaine 2016 En danger (EN)
Bourgogne 2015 Vulnérable (VU)
Bretagne 2019 Vulnérable (VU)
Centre 2012 En danger (EN)
Franche-Comté 2013 En danger critique (CR)
Ile-de-France 2014 Vulnérable (VU)
Limousin 2018 Disparue au niveau régional (RE)
Pays-de-la-Loire 2021 Quasi menacée (NT)
Picardie 2016 En danger (EN)
Poitou-Charentes 2018 En danger critique (CR)
Déterminante ZNIEFF Selon région
Auvergne-Rhône-Alpes Toute la région
Bourgogne-Franche-Comté Toute la région
Bretagne Toute la région
Centre-Val de Loire Toute la région
Hauts-de-France 3 départements sur 5
Nouvelle-Aquitaine 4 départements sur 12
Pays de la Loire Toute la région
Île-de-France Toute la région
P. Gourdain
P. Gourdain

Densité des observations

Animer les données
Faible densité Densité moyenne Forte densité

L'espèce est rare en France avec une répartition localisée en noyaux relativement dispersés dans la diagonale sud-ouest/nord-est. L'espèce est cantonnée aux basses altitudes mais avec des mentions locales en zones montagneuses (dont Jura et Morvan).

Leucorrhinia caudalis

la Leucorrhine à large queue

L'aire de répartition de L. caudalis est paléarctique s'étendant de la France à la Sibérie. Dans notre pays, elle occupe une diagonale sud-ouest/nord-est depuis la Charente-Maritime et la Bretagne jusqu'aux Ardennes et au Jura. Le noyau rhône-alpin semble un peu deconnecté. Sa répartition est lacunaire, ce qui est potentiellement en partie dû à la dispersion de milieux attractifs pour son développement. En Europe de l'Ouest, ses populations sont en développement suite à une période de régression (BOUDOT et al., 2015). L'espèce fréquente les étangs végétalisés, les gravières, mais aussi les grands réservoirs, mares, tourbières et annexes hydrauliques. La présence de végétation aquatique paraît importante, qu'elle soit immergée ou flottante. Dans la littérature, les étangs à nénuphars blancs sont souvent mentionnés comme les plus propices à l’espèce (BARDET & HAUGUEL, 2003 ; GRAND & BOUDOT, 2006). Le maintien de la végétation et la limitation de l'empoissement sont donc des éléments important pour sa conservation.

Répartition de Leucorrhinia caudalis (Charpentier, 1840)

Données d'autochtonie

L'autochtonie certaine est notée régulièrement dans son aire, néanmoins les indices (essentiellement exuvies ou téneraux) permettant cette évaluation sont parfois difficiles à collecter, notamment en comparaison de l'observation aisée d'adultes souvent perchés sur la végétation flottante ou hélophytique de la marge intérieure des roselières.

Répartition de Leucorrhinia caudalis (Charpentier, 1840)

Données temporelles

L'aire de présence connue de l'espèce est en augmentation, s'étendant vers le nord et le sud. De nombreuses nouvelles mentions départementales ont été documentées ces 20 dernières années. La pression d'observation ciblée plus importante, mais aussi l'accroissement des populations colonisant des milieux favorables et parfois arrivés récemment à maturité, en sont les causes principales. Un suivi des fronts de colonisation paraît donc intéressant. Dans le nord de l’Allemagne, cette extension est identifiée comme résultant du changement climatique (OTT, 2010).

Observations de l'espèce

Une session d'observation = 1 observateur + 1 lieu + 1 date

La fréquence d'observation de l'espèce semble assez constante dans le temps (légère augmentation), mais l'espèce est observée sur plus de mailles par an en liaison avec l'augmentation de la pression de prospection, mais aussi une dynamique positive de l'espèce. L. caudalis a bénéficié de programmes régionaux d'inventaires dynamisés par la démarche de Plan national d'action.

Nombre de mailles où l'espèce est observée

Le nombre de mailles de présence connues est en augmentation avec une croissance marquée au début des années 2010, mais cette progression semble amorcer un plateau ces dix dernières années.

Références bibliographiques
Responsabilité régionale pour la conservation de l'espèce
<5% Très diluée <10% Diluée <20% Moyenne <35% Forte <100% Capitale

Ex : 40% signifie que 40% des mailles d'observation de l'espèce se situe dans la région considérée.

La responsabilité est centrée sur les régions du nord-est et du centre du pays : Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val-de-Loire et secondairement les régions périphériques.

Période de vol des adultes
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D

Les émergences ont surtout lieu fin-avril/début-mai avec une période de vol s'étendant principalement d'avril à juin (juillet).

Altitudes min/max d'observation
Altitude min. 10m
Altitude max. 1120m
80% des observations sont entre
59m et 229m

L'espèce se cantonne à basse altitude, mais avec des incursions en montagne.

Les Odonates Bibliographie