Atlas dynamique des Odonates de France
SITE EN COURS DE CONSTRUCTION

Trithemis kirbyi Selys, 1891

Rédacteur :
Régis KRIEG-JACQUIER pour le groupe Opie-Odonates

Dernière mise à jour le 14-09-2022 à 10h15

Densité des observations

Animer les données
Faible densité Densité moyenne Forte densité

L’espèce est très rare, les premières mentions de l’espèce en France en 2017 proviennent de sites du Sud-Est (Aude, Ardèche et Gard ; Polette et al., 2017). En 2019, Brenguier photographie et signale (Faune-Aquitaine.org) un mâle mature de T. kirbyi dans les jardins de la Villa Arnaga (64, Cambo-les-Bains). Cette observation sera suivie par d’autres et les preuves de reproduction apportées en 2020 et 2022. Les observations ardéchoise sont les plus septentrionales (44°50'46.6"N).

Trithemis kirbyi

le Trithémis ambré

Trithemis kirbyi (Selys, 1891) occupe une très large aire de répartition allant de l’Afrique à l’Inde (Boudot & Kalkman, 2015). Cette espèce montre de bonnes capacités de dispersion depuis l’Afrique et conquiert rapidement les marges de l’Europe par la Sardaigne dès 2003 (Holuša, 2008), puis colonise progressivement la péninsule Ibérique depuis les premières observations de l’espèce en 2007 en Andalousie (Chelmick & Pickess, 2008) Cette colonisation de l’Espagne et notamment de la Catalogne et des Pyrénées décrite par Miralles-Nunez et al., (2017 et 2020), précède la première mention proche de la frontière française en 2016 (Brouwer) dans les Pyrénées espagnoles.

Les habitats colonisés par l’espèce sont majoritairement des étangs et des lacs, parfois saumâtres ou sujet à des assecs estivaux. Néanmoins, il semblerait que la multiplication des retenues d’eau artificielles soit la principale cause de la multiplication des sites de reproduction de l’espèce : car elle s’est récemment implantée dans des régions où la température avait diminué et la pluviométrie augmenté. L'espèce peut être multivoltine et le développement de l'œuf à l’émergence peut être inférieur à 50 jours. La livrée cryptique des larves et leur faible activité permettent la cohabitation avec les poissons. Dans les milieux temporaires, si l'espèce a colonisé le milieu nettement plus tôt que d'autres espèces, elle s'imposera. Dans les autres cas, l'espèce sera soumise aux opportunistes à croissance rapide Pantala flavescens et Sympetrum fonscolombii en raison d'une activité et d'un taux de croissance plus faibles. Les émergences peuvent s’échelonner d’avril à septembre et les imagos peuvent être observés jusqu’en novembre (Boudot & Kalkman, 2015 ;Wildermuth & Martens 2019).

Répartition de Trithemis kirbyi Selys, 1891

Données d'autochtonie

L’autochtonie certaine de l’espèce est avérée en 2020 et 2022 à Cambo-les-Bains (plus de 100 exuvies et émergences en 2022), les autres mentions concernent des imagos. Toutefois les observations en Occitanie laissent penser qu’une colonisation rapide est possible.

Répartition de Trithemis kirbyi Selys, 1891

Données temporelles

En France, T. kirbyi a été observé pour la première fois en 2017 puis en en 2019, 2020 et 2022.

Observations de l'espèce

Une session d'observation = 1 observateur + 1 lieu + 1 date

L’espèce étant connue depuis peu de notre territoire métropolitain, la fréquence de l’espèce dans les sessions de terrain et leur part dans les observations ainsi que la part des mailles occupées restent limitées.

Nombre de mailles où l'espèce est observée

Le nombre de mailles reste encore restreint à une quinzaine en France continentale.

Références bibliographiques
Responsabilité régionale pour la conservation de l'espèce
<5% Très diluée <10% Diluée <20% Moyenne <35% Forte <100% Capitale

Ex : 40% signifie que 40% des mailles d'observation de l'espèce se situe dans la région considérée.

C’est la région Nouvelle-Aquitaine qui a pour l’instant l’entière responsabilité de la conservation de l’espèce en France, mais les observations en Occitanie laissent penser à une colonisation rapide et donc à plus de responsabilité régionale.

Période de vol des adultes
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D

Les différentes observations ont été faites pendant la période de vol des imagos entre juin et septembre.

Altitudes min/max d'observation
Altitude min. 65m
Altitude max. 254m
80% des observations sont entre
109m et 254m

Les observations sont cantonnées à basse altitude à moins de 250 m sauf celles de l’Aveyron (350 m) et de la Lozère (460 m).

Les Odonates Bibliographie