Atlas dynamique des Odonates de France

Boyeria irene (Fonscolombe, 1838)

Rédacteur :
Yoann BLANCHON pour le groupe Opie-Odonates


Dernière mise à jour le 27-12-2022 à 17h44
Fiche espèce Les Aeshnidae
Boyeria irene (Fonscolombe, 1838)
l’Aeschne paisible

Ordre Anisoptères
Famille Aeshnidae
Genre Boyeria
Espèce Boyeria irene
Espèce établie en France

Référence à citer :
Blanchon, Y. (27 décembre 2022). Boyeria irene (Fonscolombe, 1838), Atlas dynamique des Odonates de france, Office pour les insectes et leur environnement, https://atlas-odonates.insectes.org/odonates-de-france/boyeria-irene
Statuts Source : Taxref 16.0 (06/12/2022)
Liste rouge mondiale LC : Préoccupation mineure 2022
Liste rouge européenne LC : Préoccupation mineure 2022
Liste rouge nationale LC : Préoccupation mineure 2016
Protections régionales Ile-de-France : RI11 : Liste des insectes protégés en région Île-de-France : Article 1 1993
Listes rouges régionales Selon régions
Aquitaine 2016 Préoccupation mineure (LC)
Auvergne 2017 Préoccupation mineure (LC)
Bourgogne 2015 Préoccupation mineure (LC)
Bretagne 2019 Préoccupation mineure (LC)
Centre 2022 Préoccupation mineure (LC)
Corse 2017 Préoccupation mineure (LC)
Franche-Comté 2013 Quasi menacée (NT)
Ile-de-France 2014 Données insuffisantes (DD)
Limousin 2018 Quasi menacée (NT)
Occitanie 2018 Préoccupation mineure (LC)
Pays-de-la-Loire 2021 Préoccupation mineure (LC)
Poitou-Charentes 2018 Quasi menacée (NT)
Provence-Alpes-Côte-d'Azur 2017 Préoccupation mineure (LC)
Déterminante ZNIEFF Selon région
Auvergne-Rhône-Alpes Toute la région
Bourgogne-Franche-Comté Toute la région
Bretagne Toute la région
Centre-Val de Loire Toute la région
Pays de la Loire Toute la région
Île-de-France Toute la région
J. David - Bretagne Vivante
A. Horellou
A. Horellou
A. Horellou
S. Wroza

Densité des observations

Animer les données
Faible densité Densité moyenne Forte densité

Ce taxon est largement réparti à l’échelle nationale dans la partie continentale comme en Corse. On note cependant, une variation de son abondance en fonction de la latitude et de l’altitude où il devient plus rare, voire absent, au Nord et au-dessus de 1000m.

Boyeria irene

l’ Aeschne paisible

Endémique ouest-paléarctique et plus précisément ouest-méditerranéenne, l’espèce se rencontre au Maghreb, dans la péninsule ibérique, en France, sur la frange ouest de l’Italie, en Suisse et plus localement jusqu’en Allemagne. Sur les îles méditerranéennes, elle est bien présente en Corse et en Sardaigne et elle a été observée de façon exceptionnelle en Sicile (Boudot & Kalkman, 2015).

B. irene fréquente pour sa reproduction les rivières, torrents et ruisseaux présentant des berges bien ombragées. On rencontre aussi l’espèce plus ponctuellement en milieux stagnant notamment dans de grands lacs d’altitude. Sa présence témoigne généralement d’une bonne qualité de l’eau. L’espèce connue pour être crépusculaire peut être observée en chasse à la tombée de la nuit. Les accouplements et les émergences sont également nocturnes. En journée, les individus patrouillent le long des berges ombragées en inspectant les dépressions et recoins. Les femelles pondent en insérant les œufs dans les racines plongeant au niveau des berges, dans la végétation aquatique ou du substrat humides. Le développement larvaire dure ensuite de 2 à 3 ans. Les larves chassent à l’affut dans les chevelus racinaires immergés et la végétation aquatique. L’espèce n’est pas considérée comme menacée. Elle reste cependant sensible à la pollution des milieux aquatiques et à la destruction des ripisylves.

Répartition de Boyeria irene (Fonscolombe, 1838)

Données d'autochtonie

L’exuvie de B. irene est facilement reconnaissable sur le terrain grâce aux coins arrière de la tête (occiput) très anguleux. Elles sont à rechercher dans le chevelu racinaire et les recoins des berges (surplombs érodés, blocs rocheux, etc.) ainsi que dans la végétation riveraine parfois à plusieurs mètres de hauteur sur les troncs. A défaut d‘exuvie, comme pour les autres espèces, il convient de noter le plus souvent possible des comportements en lien avec la territorialité des mâles ou la reproduction (accouplement, ponte, tandem).

Répartition de Boyeria irene (Fonscolombe, 1838)

Données temporelles

Les connaissances sur la répartition de l’espèce se sont largement affinées à l’échelle nationale grâce notamment à la dynamique issue du PNA. On note localement des améliorations significatives comme dans les Hauts-de-France avec la découverte de nouvelles populations relativement isolées de l’aire de répartition principale.

Observations de l'espèce

Une session d'observation = 1 observateur + 1 lieu + 1 date

L’augmentation de la pression d’observation depuis les années 2010 permet de confirmer la présence de l’espèce dans 17 % des mailles.

Nombre de mailles où l'espèce est observée

L'augmentation du nombre de mailles suit globalement la progression de l'amélioration nationale de la connaissance.

Références bibliographiques
Responsabilité régionale pour la conservation de l'espèce
<5% Très diluée <10% Diluée <20% Moyenne <35% Forte <100% Capitale

Ex : 40% signifie que 40% des mailles d'observation de l'espèce se situe dans la région considérée.

Cette espèce est largement présente et commune au niveau national. De ce fait, aucune responsabilité significative et particulière n’est mise en évidence pour la conservation de cette espèce non menacée.

Période de vol des adultes
J
F
M
A
M
J
J
A
S
O
N
D

L’espèce vol du mois de mars à octobre avec un pic des observations entre juillet et août en fonction de la latitude et de l’altitude.

Altitudes min/max d'observation
Altitude min. 2m
Altitude max. 1789m
80% des observations sont entre
54m et 541m

Les Odonates Bibliographie